Mon approche

Copyright © All Rights Reserved

SIRET : 489 124 388 00021

En tant que naturopathe et être humain, mon approche est la suivante :

Chaque personne est considérée dans sa globalité : psychologique, émotionnelle, physique, et spirituelle . Ainsi, le contexte familial et professionnel, l'hérédité, l'histoire personnelle, le rythme de vie sont pris en compte à part entière et ce, systématiquement.

Cela peut paraître étonnant que le naturopathe pose tant de questions. Il n'est pas psychologue ! Tout à fait, alors pourquoi?

Tout d'abord par ce que le mental et les émotions influencent le physique et réciproquement. Cela ne sert à rien de donner une huile essentielle contre les maux de ventre si la personne est sollicitée nerveusement en permanence. Certes, cela l'a soulagera peut être un temps....

Reconnaitre cette influence est indispensable pour accepter les causes intiales de son mal-être et commencer à les modifier.

Reconnaitre cette influence est indispensable pour accepter les causes intiales de son mal-être et commencer à les modifier.

Ensuite, parce que le naturopathe, s'il veut justement prendre en compte l'influence psycho-émotionnelle, pratique (et a des connaissances) en écoute active, bienveillance, psychologie positive, communication non violente et autres techniques de relation d'aide.

Pour ma part, de nombreuses lectures, des formations et surtout la mise en pratique au quotidien ( en acceptant aussi que par moment ce n'est pas si évident), me permettent de donner des clefs aux personnes qui viennent me consulter.

Le naturopathe peut donner déjà des premièrs conseils pour aider la personne à identifier et à modifier ses croyances et accepter ses émotions. Il peut guider la personne en lui proposant des outils concrets.

Cela signifie aussi que je prends en compte l'unicité de chaque personne et de son histoire.

Pas de jugement, pas d'étiquettes, ni de généralités ou solutions toutes faites. Chaque solution proposée prendra en compte les goûts, le rythme de vie, le budget de la personne.

C'est ma responsabilité et mon engagement de m'adapter à chacun pour proposer les solutions les plus facilitatrices, la motivation de la personne restant la composante indispensable au succès.

Notre mode de vie, nos habitudes alimentaires, notre stress et soucis quotidiens vont perturber le fonctionnement naturel de notre corps et de ses organes.

Il va, d'une part, moins bien assimiler les nutriments et, d'autre part, il va avoir plus de mal à éliminer -> Dans nos tissus, notre milieu intérieur, vont s'accumuler des déchets ou toxines qui vont provoquer avec le temps d'abord des troubles fonctionnels (problèmes digestifs, fatigue, nervosité, douleurs articulaires ...) et à terme des maladies (arthrose, lésions organiques, calculs, ostéoporose...).

La même approche est à faire avec les déchets émotionnels qui, mal appréhendés, vont provoquer troubles du sommeil, anxiété, dépression, ...

L'idée est alors de nettoyer notre organisme de ces toxines, c'est le drainage ou Detox. Celui-ci doit être fait dans le respect de l'organisme et de la vitalité : pas de drainge si le niveau de vitalité n'est pas suffisant ou si l'organe à drainer présente une faiblesse. Cela irait à contre sens de l'effet recherché.

C'est la plus value du naturopathe de vérifier et de contrôler ces conditions.

Progresser ensemble pas à pas : changer fait intervenir en nous de nombreux mécanismes de défense ou de freins. Il est reconnu en neurosciences que le cerveau accepte de modifier un comportement au bout de 45 jours, à condition de respecter chaque jour la nouvelle habitude.

Aller trop vite n'est donc pas un gage de succès et engendre culpabilisation ou dévalorisation de soi-même si les bonnes résolutions ne sont pas tenues.

Je préfère vous accompagner en pratiquant le principe des petits pas avec des changements réalisables, qui seront acceptés et intégrés. Ce qui permettra aussi valorisation et estime de soi. L'effet de ces changements, même si jugés petits, en sera décuplé.

Progresser ensemble pas à pas

Changer fait intervenir en nous de nombreux mécanismes de défense ou de freins. Il est reconnu en neurosciences que le cerveau accepte de modifier un comportement au bout de 45 jours, à condition de respecter chaque jour la nouvelle habitude.

Aller trop vite n'est donc pas un gage de succès et engendre culpabilisation ou dévalorisation de soi-même si les bonnes résolutions ne sont pas tenues.

Je préfère vous accompagner en pratiquant le principe des petits pas avec des changements réalisables, qui seront acceptés et intégrés. Ce qui permettra aussi valorisation et estime de soi. L'effet de ces changements, même si jugés petits, en sera décuplé.

Agir et Être sans paraître